Hypothyroidie grosse perte de poids

Il y a peu de publications sur les variations du poids lors de la normalisation d'une hypothyroïdie. Dans une telle situation, la prise pondérale liée à l'hypothyroïdie est secondaire à une accumulation d'eau et à une diminution du métabolisme, paramètres qui se normaliseront avec la prise d'hormones thyroïdiennes.

Si elle est plus importante, une diminution de l'apport énergétique est probable et des troubles du comportement alimentaire devront être recherchés. Le tableau 1 illustre de manière schématique la probabilité la plus élevée de dysfonction thyroïdienne chez un sujet ayant un poids normal par rapport à un patient obèse. La figure 1 illustre les variations de TSH et de thyroxine T4 libre lors de la normalisation de la fonction thyroïdienne selon l'importance de l'hypofonction.

Lorsque les taux de ces deux hormones sont normaux, pendant une période d'au moins quatre mois, un rôle significatif des hormones thyroïdiennes dans la persistance du surpoids du patient sera écarté. Un réglage fin de la substitution thyroïdienne peut être réalisé en augmentant la dose quotidienne de levothyroxine d'environ 12,5 mg par jour, dans le but d'obtenir un taux de TSH dans le tiers inférieur de la norme et de T4 libre dans le tiers supérieur.

Les changements de dose se feront en respectant des délais d'au moins deux mois, des modifications rapides pouvant conduire à des hyperthyroïdies iatrogènes. Un tableau comportant les valeurs de laboratoire, l'évolution du poids et les symptômes de l'hypothyroïdie est utile.

Si ces derniers ont disparu et que les tests sont normaux, le surpoids ne pourra ainsi clairement pas être attribué à la glande thyroïde! Lors d'anomalie de la fonction thyroïdienne, il faut s'intéresser d'emblée aux habitudes alimentaires du patient ainsi qu'à son activité physique.

Maigrir suite grossesse

Comme dans l'article précédent, l'établissement d'une histoire pondérale est utile, permettant de mieux saisir certaines réalités objectives, basées sur la physiopathologie de l'équilibre énergétique, et de ne pas nourrir de faux espoirs sur une perte pondérale lors du traitement de l'hypothyroïdie. Tant le corps médical que le grand public évoquent avec ardeur le rôle des hormones thyroïdiennes dans le contrôle du poids. Une publication de proposait d'inclure l'obésité parmi les critères diagnostiques de l'hypothyroïdie.

EnLyon s'intéressait à l'effet des extraits thyroïdiens, le comparant à un régime dans le traitement de l'obésité. Cette situation semble exceptionnelle. Encependant, Krotkiewski recommande l'usage de la triiodothyronine T3 chez les patients obèses euthyroïdiens, en complément d'un traitement diététique, dans plusieurs contextes cliniques.

La lecture d'un tel article, associée à une recherche sur Internet, peut ainsi conduire un patient obèse à consommer des hormones thyroïdiennes pour perdre du poids. La recherche médicale n'est pas innocente dans un tel contexte, car elle s'est intéressée à identifier et caractériser des thyromimétiques en vue de traiter l'obésité et l'artériosclérose, considérant l'influence des hormones thyroïdiennes sur le poids corporel et le taux de cholestérol.

Les récepteurs aux hormones thyroïdiennes comportent deux sous-types, le TR-alpha contrôlant la fréquence cardiaque et le TR-bêta impliqué dans la diminution du cholestérol et de l'élévation du métabolisme basal.

Chez l'homme, la dépense énergétique dépend de nombreux facteurs : le métabolisme basal ou de repos, son coût énergétique, le stockage des aliments, l'effet thermique de l'exercice et l'adaptation de la thermogenèse à l'environnement. La régulation du poids dépend également de nombreux facteurs, principalement nerveux et endocriniens et résulte ainsi d'un équilibre complexe où une mauvaise balance énergétique, même très modérée, peut conduire à de grandes modifications du poids corporel. La figure 2, adaptée d'un travail d'Enrique Silva, illustre les modifications de la dépense énergétique liée à la thermogenèse, mettant en évidence la très nette différence entre l'hypothyroïdie et l'hyperthyroïdie à la température de neutralité.

Cette température de neutralité est déplacée vers le bas en cas d'hyperthyroïdie et vers le haut dans un contexte d'hypothyroïdie. Les mécanismes physiopathologiques impliqués dans l'effet calorigène des hormones thyroïdiennes dépassent le sujet de ce travail, la revue de Silvestri détaille l'importance des voies biochimiques ainsi que les protéines et gènes régulant la chaîne respiratoire.

Une étude prospective, sur le métabolisme basal, au sein d'une population franco-italienne de volontaires, a montré que les hormones thyroïdiennes et la diminution de la masse maigre n'expliquaient que peu la diminution de la dépense énergétique liée à l'âge.

L'étude de Kong et coll. Donc, il y a deux facons complémentaires pour essayer de perdre du poids : - dimin uer les apports ou en tout cas les améliorer, en mangeant le plus sainement possible, sans calories "vides" - augmenter les dépenses en équilibrant les hormones thyroidiennes, pour commencer - et puis, en bougeant d'avantage, marche, natation, vélo, sport de toute sorte Bon courage à tout le monde!

Message: Résultats labo! Bonjour à tous! Voici les derniers résultats de mes analyses: TSH:0,27 et T,3. Donc tout est nickel selon mon toubib que j'ai eu au téléphone hier,je lui ai demandé mes résulatas je ne les avais plus! Voila,si ça évoque quoique se soit à qqn,merci de les commenter!

Bonjour, pas grand-chose à commenter - ils sont "parfaits", ces taux! C'est quoi, la norme de ton labo, pour la TSH? Car 0,27, c'est très bas selon les labos, la limite inférieure peut être 0,2, ou 0, Dans tous les cas, tu n'es manifestement PAS en hypo et plutôt "proche de l'hyper"mais si tu n'as aucun symptôme de surdosage, tu peux tout à fait rester comme ça.

Côté symptômes, comment te sens-tu?

Perdre le ventre apres la grossesse

As-tu des symptômes de manque hypogenre fatigue, déprime, frilosité, constipation? Le sélénium et le zinc sont deux nutriments directement impliqués dans la fonction thyroïdienne. Comme :. Une directive générale est de marcher pendant au moins 60 minutes ou 10 pas. Ce protocole a été proposé par Sarah Ballantyne en début Cela donne à votre corps la possibilité de récupérer.